La Bienvenue en Calédonie

2 septembre 2017

Depuis mon retour en Nouvelle-Zélande, traînait dans ma mémoire, ce projet de faire un peu plus ample connaissance avec le Pacifique Sud et ses îles. Après quelques recherches, des joyaux se distinguaient par leur beauté et leur atypicité, loin, très loin parfois, du tourisme de masse, ayant ce stupéfiant pouvoir de rendre désolant la plus immaculée des splendeurs.
Le Vanuatu, les Samoas, Îles Cook, Fijis et même cette terre française qu’est la Nouvelle-Calédonie.. À composer avec le budget, les possibilités, les correspondances, les envies ; ces facteurs qui, Temps mis à part, semblent pacotilles lorsque l’on voyage comme je le pratique.

La NewCal offre paysages et trésors inconnus, barrière de corail toujours conservée (y voyant d’ailleurs une opportunité d’une première expérience, un diplôme de PADI de plongée avec bouteille) ; mais aussi un pieds à terre, une reprise de contact avec une langue qui ne s’est fait que très peu absente lors de mon voyage.
En rude concurence avec les volcans et le sauvage du Vanuatu.. Et si l’opportunité se présente, alors ce sera les 2 mon capitaine.

La Nouvelle Calédonie est une ensemble d’îles, divisées en 3 provinces : provinces Sud et Nord qui se partagent la Grande Terre et les Îles Loyauté. Resté en grande partie sauvage, le territoire est souvent comparée à la France provinciale des années 80′, et ce, en tout point. Par l’état des routes, sa gestion, ses retards technologiques, la vétusté, les conflits.. qu’ils soient générationnels ou ethniques.

Malgré cela, le territoire a beaucoup à offrir. À mon goût, sa plus grande richesse résulte de son brassage ethnique et son rejet catégorique du tourisme, proposant ainsi une visite ayant du charactère. Mais combien de temps cela va t’il durée ?
Evoquant un sujet chaud, des plus présent à l’heure actuelle sur le caillou : quid de leur indépendance lorsque les asiatiques et les australiens débarqueront ? Les réponses prévues pour demain (2017) se manifestant dès aujourd’hui. L’observation du cas Vanuatu ; des cargos d’anglo-touriste ; d’investisseurs asiatiques.. Good Luck.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allé en haut