GR NC 1 – De Prony à Nouméa

16 septembre 2017

  • GR NC1 - Bobo pieds

Planifié à la va-vite bien evidemment, j’attaque enfin ce sentier de rando’ assez connu et reconnu pour ses trésors et sa beauté. Il s’agit là de mon « deuxième » GR, prenant en compte ici mon expérience concernant la traversée d’une partie du Massif Central (et dans le détail : la Chaîne des Puys).
A l’instar de cette expérience passée, il s’agira là aussi de ma seconde grosse expérience en multi-overnights (le fait de décrècher et de bivouaquer dans la nature sur plus de 3/4 jours). Le circuit fait plus de 100 Kms, pour plus de 4000 m de dénivelés.

Première difficulté : faire face à un problème de mobilité. En effet, après moulte triturage de cervelle, j’en ai conclue que pour une meilleure gestion budgétaire, il était plus pratique que je m’attèle à ne pas louer de voiture et encore moins à en acheter un. N’ayant point de collègues armés d’un tel outil, je me suis résolu de tout faire à l’aide de mon pouce, habituellement utilisée pour le curage de nez..
Anyway, le pays est plutôt réputé pour son accueil et il est grand temps de vérifier cela.

En route pour la Baie de la Somme - Prony
Way to PronyUn trajet en bus pour atteindre le point se trouvant le proche possible du départ de la rando’ : la Baie de la Somme. Ici, l’opportunité de quitté l’agglo’, ce qui me semble des plus judicieux pour un meilleur résultat en tant que nouvel auto-stoppeur.

Je me mets à battre le goudron, 4/5 bornes au sein de la pampa Calédonienne (affectueusement nommée Brousse). Cela permet de juger le terrain, d’apprendre à supporter la chaleur avec plus de 20 Kg -mal répartis- sur le dos, de pendre quelques clichés et d’espérer fortement qu’il y est un peu plus de trafic.
Dans le détail, cette route est hasardeusement fréquentée par les personnes bossant à la mine qui se trouve plusieurs dizaine de kilomètre au Sud-Est de Nouméa. Grosse mine si l’en est, et qui fait bosser une grosse partie du peuple de la Province Sud. L’inconvénient est que les types délogent assez tôt, au alentour de 5h du mat’ semble t’il. Ce qui peut m’inquieter sur la teneur du traffic. Mais moi ça m’va :^D

Après 5 voitures, me voila déjà taillant le bout de gras avec un duo Kanak/Zoreille, ingénieur/inspectrice. De quoi en découvrir un peu plus sur ces terres arides, les raisons de leur couleur rouge vif ou terracotta, leurs risques, le boulot des concernés.. la routine habituelle d’un auto stoppeur, non ?!!

Une voiture, un jet en plein trajet ; une autre voiture et un dépôt quasi à l’entrée du sentier de la tant attendue randonnée et me voici fin prêt, paré, à m’embarquer pour un périple planifié sur 5/6j de marche. Tout dépendra de l’itinéraire choisi au milieu du trajet, car 2 s’offrent à moi et le doute me tient.

Allé en haut